N&B Archives | Page 2 sur 5 | Mode Bulb

Gravity

Gravity est une série très légère du photographe Tomas Januska. On ne peut s’empêcher de faire le lien avec la série « Jump » du bien connu Philippe Halsman.

Les amies de place Blanche

Christer Strömholm , également connu sous le pseudonyme de Christer Christian, était un photographe suédois. Il est connu pour ses photographies de rue et portraits en noir et blanc, mais surtout pour ses portraits de transsexuels de la place Blanche de Paris en 1950, publié dans Les amies de place Blanche.

Les Mémoires de Hong Kong

Le photographe chinois Fan Ho a passé les années 1950 et 60 à prendre de superbes photos en noir et blanc des rues de Hong Kong. Ses photographies, qui seront publiées dans son livre  » Fan Ho: A Hong Kong Memoire « , remontent à travers le temps pour nous connecter à cette métropole d’une manière…

Le pinceau de Thurston Hopkins

Né à Londres en 1913, Thurston Hopkins est illustrateur de formation, mais a découvert que la caméra était « mieux payée que le pinceau ». Il a commencé à travailler comme photographe indépendant en 1930.

Présence

  « Présence » est une série fantomatique du photographe français David One.

Du monde dans le métro

Voilà quelques images qui nous rappellent que les couloirs du métro parisien sont une vraie antiquité ; notamment la ligne 1 inaugurée lors de l’exposition universelle en 1900. (images RATP)  

Noir et blanc ; de la nature aux sports

Depuis quelques années, le photographe Tomasz Gudzowaty, se concentre sur la photographie sportive. Il s’intéresse notamment aux sports « exotiques », atypiques et à ceux qui restent en dehors du courant classique. Néanmoins, au début de sa carrière, il réalisait surtout des photos de nature, auxquelles il doit ses premiers succès. Il s’est ensuite orienté vers le reportage…

Kodak N°1, le premier appareil photo grand public

Il y a 125 ans le premier appareil grand public faisait son apparition. Le Kodak N°1 était un appareil préchargé avec 100 vues possibles.  Comme un jetable, il suffisait d’appuyer sur le bouton et de rapporter l’appareil chez son photographe pour le développement et pour le recharger.