Souvenez-vous, je vous avais déjà parlé de cette revue il y a quelques mois. Avec la sortie cette semaine du numéro 4, j’avais envie de vous faire partager un peu plus sur cette revue que j’affectionne beaucoup.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Thomas Goupille, le réalisateur à l’origine de Cinq26. Il a eu la gentillesse de répondre à mes questions, afin de mieux connaître Cinq26.

Qu’est-ce Cinq26 ? Pourquoi ce magazine est-il différent ?

Cinq26 est une revue audiovisuelle quadrimestrielle consacrée entièrement et exclusivement à la photographie !
Il ne s’agit pas d’une revue papier, cinq26 est proposée sur DVD et en VOD.
Concrètement, ce sont des films, reportages, interviews et documentaires qui abordent les divers aspects de l’art photographique : les photographes, mais aussi la technique, l’histoire et… les métiers de la photo ! Nous nous intéressons effectivement beaucoup à celles et ceux qui font vivre la photographie : tireurs, encadreurs, retoucheurs…
Il s’agit d’une revue libre et indépendante, décalée et hors format, qui n’est guidée que par notre amour et notre intérêt pour la photographie.

Combien êtes-vous à travailler sur Cinq26 ? Pourquoi le nom de Cinq26 ?

Une quinzaine de personnes participe à l’élaboration de chaque numéro : cadreurs, monteurs, graphistes, techniciens son, administration…
Le nom de la revue est un clin d’œil. C’était le nom de code du projet lorsque nous avons commencé à travailler dessus, il était lié à un reflex avec lequel nous réalisions certaines séquences et qui ne pouvait filmer que 5 minutes et 26 secondes d’affilée ! Ces 5 minutes 26 secondes étaient devenues une véritable obsession ! Lorsqu’il a fallu trouver un nom définitif à la revue, nous avons décidé de le conserver parce qu’il sonne bien, qu’il est aussi étrange et décalé que notre revue, et qu’on ne voulait surtout pas de nom avec « photo » dedans, ni de nom trop marqué, bref, un nom qui soit juste un nom.

Quelle est votre formation/parcours professionnel ? Cela influence t-il le contenu de Cinq26 ?

Les personnes qui travaillent sur cinq26 sont toutes des professionnels de l’audiovisuel. Cinq26 est pour beaucoup d’entre elles un moyen d’échapper à la routine de la production audiovisuelle classique. Chez nous, le processus de production est très différent, chacun est très indépendant et apporte sa patte à chaque sujet. Cela est particulièrement vrai avec les monteurs, cinq26 leur permet d’exprimer leur personnalité (et ils ne s’en privent pas !).
Nous sommes également tous des curieux, amoureux de photographie. Cette revue est en fait celle que nous aurions aimés voir et qui n’existait pas !

En tant que revue indépendante, est-ce difficile de réaliser vos reportages (contact, accès) ?

Pour le moment, nous ne rencontrons aucune difficulté majeure. L’accueil des premiers numéros y est pour beaucoup, je crois. Les professionnels commencent à savoir que nous sommes réellement intéressés par nos sujets et profondément respectueux du travail des artistes et artisans que nous filmons. Nous ne sommes pas une société de production généraliste qui traiterait ces films de la même manière que des cours de cuisine télévisés ou qu’un documentaire sur la migration des baleines. Nous ne produisons et ne réalisons que des films sur la photographie, et c’est bien suffisant !

Que trouve-t-on dans le dernier numéro de Cinq26 ?

Nous sommes particulièrement fiers de ce nouveau numéro, nous avons pu rencontrer les Fresson ! Le film fait 50 minutes et nous plonge au cœur de cet atelier mythique qui a réellement marqué l’histoire de la photographie. On y trouve également un film très frais sur Foc Kan, un photographe de presse spécialisée dans les soirées parisiennes, un film sur la retouche argentique, avec Marie-Pierre Bride et la première partie d’un entretien que nous avons eus avec le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron sur la signification de l’acte de photographier ! Comme vous pouvez le voir, des sujets très variés !

Où peut-on trouver cinq26 ?

En ligne sur notre shop cinq26, la revue est livrée en général sous 1 à 3 jours, et sur Amazon.
Nous sommes en plein développement de notre réseau de distribution physique. Pour l’instant on la trouve dans certaines librairies spécialisées comme la MEP, le Jeu de Paume, Le Palais de Tokyo, Le 29 ou l’Atelier à Paris, Sauramps à Montpelier ou Actes Sud à Arles… La liste complète se trouve sur notre site.

Comment fait-on pour s’abonner à Cinq26 ?

On peut le faire sur notre boutique en ligne. Nous proposons une formule d’abonnement pour 4 numéros à 56€ (le numéro en cours, puis les trois suivants). Il y a également des bulletins d’abonnement papier à l’intérieur de chaque numéro.

Peut-on visionner Cinq26 sur nos Smartphones et Tablettes ?

Oui, et aussi sur TV connectées ! Ça se passe sur Vimeo On Demand. Pour le moment, seuls les trois premiers numéros sont disponibles. Le quatrième le sera le 30 novembre, deux mois après la sortie DVD.
Nous avons mis un peu de temps à nous mettre à la VOD, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, obtenir un service VOD fiable et viable économiquement n’est pas évident. Ce nouveau service que propose Vimeo nous convient parfaitement, c’est pour cela que nous avons enfin sauté le pas.
Le seul petit hic, c’est que le site ne propose pour le moment que le paiement en dollars… à la fois, le dollar baisse pas mal ces derniers temps, il faut en profiter !

 

Merci à Thomas de m’avoir accordé du temps. J’espère que cette revue continuera longtemps sur ce chemin.

Enfin, n’oubliez pas deux choses:

1/ Vous pouvez remporter le quatrième volet de Cinq26 en DVD !
Rendez-vous –> ici <–

2/ Demandez votre VOD d’un des deux premiers numéros –> ici <–

 

 

.

Shares

Laisser un commentaire