Ton pastel et paysages nus, voilà comment Farhad Rahman documente la côte de la baie du Bengale. Farahad a capturé 580 km de côtes pour témoigner des effets du réchauffement climatique et de l’influence de la pêche et de l’agriculture sur le paysage.

Shares

Laisser un commentaire