Pour ce premier test de Mode BULB, je tenais à remercier Nikon France qui m’a invité à une petite chasse au trésor dans la capitale pour découvrir leur nouvel appareil. Et bien sûr, je tenais à remercier Fabien de Ufunk.net sans qui je n’aurais pas pu participer à cette sortie et sans qui vous n’auriez pas eu droit à ce test !
N’hésitez pas à laisser des commentaires à propos de ce test, j’essaierai autant que possible tenir compte de vos remarques pour les prochains. Lors de mes « tests », j’essaierai de donner suffisamment d’informations, d’indications et de donner mon avis sur le matériel. Ce n’est pas de la science, après tout on ne fait que des photos !

 

Nikon est fier d’annoncer le premier appareil photo compact doté d’un système d’exploitation Android. Cet appareil photo, à l’image d’un Smartphone, est relié à Internet via une connexion Wi-Fi qui permet de télécharger une multitude d’applications. Il dispose d’un zoom grand angle 10x (25 – 250 mm), d’un capteur de 16 millions de pixels et d’un écran tactile 3,5 pouces. Il possède toutes les fonctionnalités nécessaires pour ne plus avoir à choisir entre son appareil photo et son Smartphone.

Nous verrons à travers ce test si Nikon a réussi à nous séduire par ce tout nouveau segment d’appareil photo connecté.

Je ne ferai pas de comparaison technique avec le Samsung Galaxy Camera, simplement parce que c’est un produit qui est loin d’être abouti.

 

Spécificités :

Je serai bref à ce sujet, je vous présente seulement les points qui me semblent essentiels.

Cette « smart camera »  possède donc :

  • Un zoom optique  25-250mm stabilisé ; c’est bien là que tout ce joue par rapport à un Smartphone. Il s’agit donc d’un zoom 10x pour ceux qui préfèrent  avec une ouverture standard de f/3,5-5,8.
  • Un capteur 16 million de pixels (plus qu’il n’en faut pour partager des images sur internet).
  • Une sensibilité ISO de 125 à 3200.
  • La possibilité de faire des vidéos (1080P à 30ips 720P de 30à60ips) et jusqu’à 240 ips en 320×240.
  • Un mode panorama (3200×1024 maximum).
  • Et bien sûr du Wifi, du GPS et du Bluetooth.

 

Design :

D’un point de vue général, le design est plutôt réussi, tout en courbes. Il est compact et se glisse facilement dans la poche. Il existe en deux « couleurs » Noir et Blanc.



L’arrière se limite à un écran 3,5 pouces et aux 3 boutons essentiels à la navigation sur Android.

 

Menu :

Le menu est composé de deux parties. Une partie prise de vue et une partie Android.

  • Sur la  partie prise de vue, on retrouve une interface commune aux appareils photo « classiques »: accès aux réglages (taille de l’image, iso, modes scènes, configuration, prise de vue vidéo, etc.)


 

  • Sur la partie Android, on retrouve, comme son nom l’indique, une interface Android semblable à n’importe quel Smartphone. Je ne vais pas vous faire de la pub, mais on peut installer tout un tas d’applications via le Google Play et des jeux comme Angry birds pour ne citer que lui.

C’est bien sûr grâce à cette interface que le produit se démarque. On peut en effet (comme avec un Smartphone) partager des photos des vidéos sur Youtube, Facebook, Twitter, et biensûr Instagram ; A condition d’avoir une connexion internet !

On peut connecter le S800c à un réseau wifi ; c’est pratique en soirée ou dans un bar qui possède un hot spot wifi. Sinon, il est possible de partager la connexion wifi de son téléphone portable connecté en 3G.

Malheureusement, je n’ai pas pu tester cette dernière configuration car mon téléphone ne partage internet que par Bluetooth. Bien que le S800c soit équipé d’une puce Bluetooth, il ne permet pas de se connecter à internet par ce biais là.

Si Android est bien intégré à l’appareil, il est quand même dommage que la fonction « photo ou vidéo » ne soit pas plus facile d’accès. Je m’explique : Quand on allume l’appareil, on est un mode prise de vue “restreint“ dans ses options. En tache de fond, Android se charge en 15sec environ ; après ça, toutes les options sont accessibles pour la prise de vue et on peut basculer sur l’interface Android. Rassurez vous, ce chargement ne se fait qu’au démarrage et pas en sortie de veille.

Ensuite, quand je suis par exemple en train d’envoyer ma photo favorite sur Facebook,  je ne peux pas, d’une pression sur le déclencheur, prendre une photo. La manipulation est la même que pour un Smartphone, je dois accéder aux applications et choisir l’application prise de vue. Le temps de faire ça, j’ai loupé ma photo. Dommage !

Performances et qualité d’images :

Du fait que cet appareil embarque un  système d’exploitation, il arrive qu’il y ait quelques ralentissements durant l’utilisation. Rien de rédhibitoire mais c’est quelques fois agaçant quand on veut faire une chose simple comme prendre une photo.

  • L’autofocus est très rapide, quasi instantané dans des conditions de lumière optimales mais quelquefois un peu capricieux sur les longues focales et en basse lumière.
  • Les images sont correctes mais en basse lumière l’image est lissée et il y a une perte des détails.
  • Bien que le range soit très grand, l’objectif s’en tire pas mal du tout. A 25mm, il est très bien sauf en périphérie et à 250mm, on a encore une bonne image. Pour envoyer sur des réseaux sociaux ou pour un tirage 10×15 c’est presque invisible.

25mm

250mm

  • le mode vidéo est très bien lui aussi. On peut utiliser le zoom durant l’enregistrement. Plusieurs formats sont disponibles comme le mode de prise de vue à 240 images par seconde, avec lequel je me suis bien amusé.

Dans l’ensemble, la qualité des photos est meilleure que sur n’importe quel Smartphone, mais ce n’est pas aussi bon qu’un appareil classique dans la même gamme de prix, rappelons qu’il est positionné à 379€.

Conclusion :

Nikon a sorti un produit très abouti. Dans le meilleur des mondes je pourrai en rester là, mais il y a encore des petites choses à améliorer, qui sont pour moi, primordiales dans un appareil photo :

  • l’autonomie! Avec le GPS, le wifi allumés, l’appareil tient tout juste pour 150 photos
  • l’accès rapide à la prise de vue.

On pourrait aussi se demander pourquoi il n’est pas possible d’utiliser l’appareil durant la charge ? D’autant qu’il est obligatoire de le brancher (comme un téléphone) directement au secteur pour le recharger.

Dans l’ensemble j’ai été agréablement surpris par ce S800c. Nous en sommes qu’au début de cette aire d’appareil photo « connecté ». Dans un futur proche, je pense que tous les appareils photo embarqueront un système Android ou équivalent et nous ne sommes pas à l’abri non plus de retrouver ce système sur les reflex; ou pire, avoir un appareil à tout faire, du genre « iPhone tout terrain style GoPro, avec objectif interchangeable », qui sait ?

La Note MoBu
Les plus:

  • -Design compact par rapport à son concurrent direct, le Galaxy Camera de Samsung
  • -Possibilité d’utiliser les applications de retouche photos et communautaires les plus répandues
  • -Connexion 3G
  • -Mise au point très réactive.
Les Moins:

  • -Batterie trop faible (avec GPS et wifi)
  • -Recharge directement sur l’appareil (comme pour un Smartphone), donc pas de possibilité de recharger une  2nde batterie sans acheter un accessoire.
  • -Pas d’utilisation possible durant la charge
  • -Version Android 2.3 vieillissante.

Voici quelques exemples de photos prises avec le Nikon Coolpix S800c. Certaines ont été modifiées à l’aide d’applications installées sur l’appareil.

 

Shares

One Response to Test du Nikon Coolpix S800c

  1. ufunk dit :

    Très bon ce petit test ! C’est bien d’avoir un avis plus axé « utilisateur » que « technique » 😉 Je trouve la série de photo assez réussie !

Laisser un commentaire